Onzron's writing

Rp Rp Rp Rp <3
 
Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dog of War

Aller en bas 
AuteurMessage
Lisyx



Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Dog of War   Mer 7 Mar - 12:58

L'homme passe une main dans ses cheveux, ébouriffant les mèches noires en un amas de pics éparses, avant de laisser glisser une main calleuse sur un début de barbe trop long. Il fixe les chiffres du réveil, les points palpitants secondes après secondes, à un rythme plus lent que celui de son cœur alarmé.
Il n'a pas dormi.
Il a rêvé, pourtant.
Une sorte de semi-sommeil, semi-conscience. Un mélange de souvenirs et d'illusions.
L'homme force sa respiration à se calmer, son rythme cardiaque à redescendre, fixant toujours le rêve et l'air menaçant du temps qui s'écoule et glisse entre ses doigts.
Son regard s'arrache difficilement de l'heure pour se poser sur la lettre posée sur la table basse.
Congés forcés, disait-elle. Vous reviendrez lorsque le médecin sera d'accord, prenez tout votre temps, disaient-ils.
Ne revenez pas, pensaient-ils.
Trop dangereux, trop instable, trop cassé.
Il ferme les yeux, laissant les paupières recouvrir les iris d'un gris très clair, autrefois lumineux.
L'homme pousse un soupir et prend appuie sur ses genoux avant de se redresser, se trainant jusqu'à la salle d'eau en enfilant un boxer. Il met au sale celui de la veille, qui avait fait plus de jours qu'il n'aurait dû.
Il se reprend en main.
Aujourd'hui.
Vaine promesse, il le sait. Qu'il se répète deux fois par semaines.
Le reflet de l'inconnu l'accueille dans la petite salle de douche et il se toise un instant.
Tony a toujours eu du mal à croiser son reflet, mais aussi étrange ou ironique que cela soit, depuis qu'il ne se reconnaissait plus, la tâche était devenue plus simple.
Il n'avait pas tant changé que ça, si ?
Il toise son visage creusé, marqué, son cou et ses épaules noueuses, se recule pour avoir un aperçu de son torse musclé mais amaigri. Sa peau comme marquée par les souvenirs qui bouillonnaient dans ses veines et remontaient à la surface. Il revient à son visage, force le mécanisme de son esprit, mais rien ne colle... il a sûrement basculé dans la vie de quelqu'un d'autre.
L'homme détourne le regard et se glisse dans la douche. A une époque, il évitait de se toucher, là, il parcourt la peau de ses épaules et de ses côtes à la recherche d'une sensation connue, ayant la constante impression de toucher quelqu'un d'autre. Un amas de barbaques entassé dans un sac à viande.
Il pourrait être une vache morte suspendue dans un abattoir.
Il pourrait être un chien recroquevillé sur le sable, brûlé et déchiqueté.
Tony ferme les yeux, presse les paupières, et tout à coup, la sensation lui donne la nausée.
Il retire ses mains et reste immobile sans toucher quoi que ce soit d'autre que le bac de douche sous ses pieds.
Lorsqu'il parvient enfin à respirer, il prend le temps de s'encourager avant de sortir de la cabine.
Il va essayer de faire mieux, aujourd'hui. Sortir, marcher un peu.
L'homme enfile un pantalon, puis hésite devant son reflet. Finalement, il attrape un rasoir, en change les lames, et s'arme de sa bombe de mousse.
Il redessine les courbes de son collier de barbe, enlève le superflu, taille la longueur, puis s'attaque à la moustache qui rejoint le bouc couvrant son menton. Ses mains tremblent un peu mais il prend le temps, évitant de se couper, y passant bien plus de temps qu'à l'habitude.
Il réapprend, peut-être. Il faut bien le temps.
Finalement, lorsqu'il est satisfait, qu'il a soigneusement tout rangé et nettoyé, il sort, enfile un T-shirt blanc et une veste militaire passe-partout, se glisse dans ses boots et quitte l'appartement avec un dernier regard pour l'heure.
Pas même 6h.
Il dévale la cage d'escalier en silence et prend une grande inspiration d'air froid lorsque, enfin, il atteint la rue.
Aujourd'hui, il sort. Il marche. Il se balade un peu.
Il retourne au parc. Là où ils avaient l'habitude de se balader, avant.
Avant.
Aujourd'hui, il essaye de vivre dans l'après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onzron
Admin


Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Dog of War   Sam 10 Mar - 14:18

L'air froid et sec du début de matinée battait les brins d'herbe jaunis par l'hiver. De hauts arbres nus jalousant des sapins verts et dodus. Le parc se réveillait avec peine de la torpeur de la nuit. Les grilles allaient être ouvertes par les agents municipaux dans quelques minutes.
Pourtant sur un banc une femme d'une trentaine d'année était déjà là. Concentrée sur l'écran de sa tablette elle ne fait pas attention au vent frais. A côté d'elle traîne un thermos vide et renversé ainsi qu'une mallette noir fermée.
Ce n'est pas une indigente. Elle est chaudement emmitouflée dans une parka et son cou couvert d'une écharpe tricotée dans une laine épaisse.

Les lèvres de Carole s'entrouvaient alors qu'elle laissait échapper des supplications inaudibles. Elle avait presque bouclé les images et il fallait que tout se déroule correctement. A son côté un bruissement dans un buisson ne la fit pas réagir. Un grand berger allemand qui revenait de son exploration du parc vint sagement s'asseoir par terre à ses côtés. Il semblait calme et docile mais son regard vif observait intensément les chemins visibles pour s'assurer de la sécurité de sa maîtresse.

"- Déjà de retour Berlin ? Le tour aura été court cette nuit"

Quelques mots sans lever le regard de la tablette. Le chien n'aura réagit qu'en pivotant l'oreille gauche l'espace d'une seconde. Ils n'avaient pas besoin de communiquer oralement. Ils étaient ensemble depuis si longtemps qu'ils se comprenaient malgré leur différence d'espèce

"- Presque fini. Après retour au chaud !"

Le tourna la tête vers elle et fit un sourire canin avant de se lever pour aller vers les lourdes portes d'entrée que venait de passer un homme. Une présence si tôt le matin c'était la première fois depuis qu'ils faisaient leur surveillance ici. Carole elle n'y prêta pas attention elle devait ramener le drône de surveillance avant que les batteries tombent et il n'en restait plus beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onzron.forumactif.com
Lisyx



Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Dog of War   Sam 10 Mar - 14:55

Il avait dû sauter les portes et ses articulations lui avaient rappelé qu'il avait trop peu bougé, ces derniers temps.
L'air froid brûlant ses poumons aussi, d'ailleurs.
Il fait quelques pas, shoot dans un caillou, s'arrête, et bascule la tête en arrière pour observer les étoiles. La nuit perd son emprise, petit à petit, mais il peut encore discerner quelques points lumineux et la lueur sphérique de l'astre nocturne.
Le ciel a viré au violet et Tony sait que bientôt la naissance du jour teintera l'horizon de son sang.
Il ferme les yeux, laisse le vent caresser son visage, se glisser entre les courtes mèches de cheveux.
L'homme tente d'apaiser ses traits d'une main calleuse, et l'air frais ainsi que la présence calme des arbres semblent faire effet.
Finalement, des bruits légers lui font ouvrir les yeux et se figer.
Un berger allemand se tient à quelques mètres de lui, le toisant avec un mélange de curiosité et de prudence.
Tony retient à rire ironique. C'est une blague, n'est-ce pas ?
Il chasse de quelques clignements les larmes qui lui montaient aux yeux. C'est forcément une blague.
Pendant un instant, le parc disparaît dans un brouillard flou, et l'émotion qu'il tentait tant bien que mal d'enfouir, ces derniers temps, remonte dans sa gorge comme un uppercut. Il contracte tout son corps pour tenter de maintenir le flot de sensations qui le bouscule, bouillonne dans ses tripes, et remonte cogner son sternum. L'homme détourne le regard, presse ses paupières, déglutit comme peut et verrouille les machoires. Lorsque enfin, il prend conscience qu'il ne peut pas rester indéfiniement figé, il rouvre les yeux.
L'animal n'a pas bougé, le toisant sans agressivité mais avec un détachement majestueux.
Tony jette des coups d'oeil autour de lui pour finalement apercevoir une silhouette, une femme, assise sur un banc et penchée sur un écran. Il ne distingue pas grand chose d'autre, de là où il est, mais conclue qu'il s'agit de la maîtresse, et au vu de la position et posture du berger allemand, il pourrait tout à fait être un chien de garde.
Tony ne fait pas un pas, ne voulant pas paraître menaçant. Ne sachant pas non plus ce qu'il est censé faire.
C'est une blague, s'est-il dit.
Une blague.
Peu importe.
Il chasse l'Horreur de derrière ses paupières, les monstruosités qui tissent leurs toiles dans sa cervelle, la mort qui ronge son crâne et étale sa pourriture.
Il chasse les tripes ouvertes et les corps en devenirs qui le fixent stoïquement dans une agonie silencieuse.
Il muselle le manque. Le manque qui arrache ses viscères à grands claquements de mâchoires métalliques.
Peut-être est-ce un rêve, peut-être hallucine-t-il. Ca expliquerait pourquoi il est ici, après tout.
Dehors, à respirer, à marcher, à se rappeler qu'il est vivant.
Ou peut-être est-ce une réalité bien cruelle qui étale à sa vue tout ce qui lui est interdit. Toute l'innocence qu'il a trop vu fauchée.
Peu importe.
Blague ou réalité. Belle illusion ou cruauté.
Peu importe.
Il pose tout doucement un genou à terre, plongeant un regard chargé d'innocence dans celui de l'animal, lui demandant la permission de la toucher, tendant une main lentement, paume ouverte.
Il reste un instant à offrir sans vraiment attendre, observant la splendeur de l'animal chatoyer en une fin de nuit. Son cœur se gonfle à cette simple vue, et menace d'exploser lorsque enfin, l'animal avance, fait quelques pas.
Accepte.
Il sent la truffe humide sur ses doigts et Tony laisse échapper un sourire tremblant, avant que l'animal s'approche un peu plus rapidement, reniflant son visage, se laissant doucement caresser.
Ses doigts glissent dans la fourrure et le contact de ce corps puissant, chaud, palpitant de vie sous sa paume fait remonter l'émotion en lui, tordant ses cordes vocales en un léger gémissement.
Il reste là, simplement, à caresser la bête tandis qu'elle respire dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onzron
Admin


Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Dog of War   Lun 12 Mar - 23:01

Un vrombissement se fit entendre dans les alentours du parc. Un petit quadcoptère s'éleva au-dessus du mur d'enceinte et vint se poser à quelques mètres de la femme. Agilement elle se mit sur pied et s'agenouilla à côté de son bolide noir. Avec des gestes rapides Carole démonta le drône, la caméra. Elle retira la carte micro SD qu'elle glissa dans ses vêtements sous son manteau. Le reste du drône se retrouva soigneusement rangé pièce par pièce dans la mallette.
En cinq minutes l'opération était terminée et la femme était de nouveau sur ses pieds. Son manteau de tissus lourd et bleu était ouvert malgré la fraîcheur. Son visage légèrement rond semblait paisible. Elle regarda autour d'elle rapidement.

"- Berlin ?"

C'était inhabituel l'animal ne s'éloignait jamais d'elle à la fin des opérations pour qu'ils puissent repartir rapidement avec l'arrivée du flot des promeneurs.

Le chien était plus loin. Libre de ses mouvements il avait repéré un intrus. Contre toute attente il s'était laissé touché. C'était rare que Berlin n'accepte de faire confiance à quelqu'un. Surtout à un homme. Dans la crainte d'un mouvement brusque de la part de l'un ou de l'autre elle s'approcha à pas rapide. Avec son air mutin Carole sourit à pleine dent

"- Bonjour ! Je suis désolée qu'il soit venu vous embêter comme ça ! Viens ici Berlin, on a fini on rentre"

Le chien obtempéra et se détacha de l'inconnu pour rejoindre sa compagnonne. Carole lui accorda une caresse sur le cou.

"- Viens on doit aller travailler"

Elle resserra les pans de son manteau autour d'elle et ramena la mallette contre ses jambes

"- Désolée encore. Bonne journée !"

Elle fit un signe au chien du regard et il se dirigea lentement vers la barrière désormais ouverte du parc. Au passage il attrapa dans sa gueule une pomme de pain et fit quelques pas en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onzron.forumactif.com
Lisyx



Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Dog of War   Mer 14 Mar - 16:55

Tony l'entendit arriver et ouvrit les yeux quelques secondes avant qu'elle ne lui adresse la parole.
Ses tripes se serrèrent lorsque l'animal s'éloigna de lui, et aussitôt, toute chaleur sembla déserter son corps.
Il sourit, pourtant, lui rendant le sien et lui offrant un air légèrement embarrassé.

-Non, je vous en prie, il ne me dérangeait pas, bien au contraire.

Il tente de masquer la douleur dans sa voix, le désespoir qui ronge les viscères et son cœur qui manque d'exploser.
Reviens. Reviens.
Ou alors, non. Pars loin. Loin de lui, loin de ce qu'il traîne. Loin de la mort qui lui tourne autour.
Cours, cours, vite et loin.

-C'est moi, qui suis allé le voir, rajoute-t-il dans un murmure en observant l'animal d'un air admiratif.

Il a envie de lui demander s'ils viennent souvent ici, comment il s'appelle -Berlin, il le sait déjà-, quel âge il a. Il a envie de prolonger le moment, d'accrocher ce qui lui file entre les doigts.
Ses lèvres s'entrouvrent, il hésite, regarde le chien s'éloigner avec enthousiasme.
Tony redresse son mètre 82 stoïquement malgré les protestations de ses articulations.
Finalement, les mots jaillissent tout seul, son regard perdu trahissant la noirceur du tourbillon de ses pensées.

-Il a une préférence pour ce parc ? ...pardon, dit-il en lui tendant une main avec un sourire gêné. Je suis Tony.

L'homme hésite encore un instant, son regard dérivant vers l'animal.

-Je suis désolé, je ne voudrais pas vous mettre en retard pour votre travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onzron
Admin


Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Dog of War   Sam 17 Mar - 13:41

Carole plissa les yeux suspicieuse. Elle n'aimait pas ces questions soudaines et elle ne comprenait pas pourquoi un inconnu l'abordait si facilement.

"- On vient ici en ce moment. Dans quelques temps ça sera probablement ailleurs..."

La jeune femme changea sa mallette de main pour soulager son bras. Elle s'apprêtait à laisser l'homme sur place pour aller envoyer son rapport mais Berlin posa doucement sa patte contre sa cuisse. Le berger lui lança un regard, tête penché, langue sorti.

Yeux dans les yeux elle était étonnée. Comment-ça le chien voulait rester avec lui ? C'était un homme ! et un inconnu. D'où venait ce caprice du chien. Elle secoua négativement la tête mais il insista.

Avec un soupire elle ajouta :

"- Je vais travailler au café deux rues plus loin. Si vous voulez vous pourrez prendre une table à côté pour... Tenir compagnie à Berlin. Ca a l'air de lui faire plaisir."

Elle était raide et très mal à l'aise, mais elle était incapable de refuser quelque chose à l'animal. Elle caressa la tête poilue du chien qui se remit sur ses quatre pattes pour avancer vers la sortie. Sans dévoiler son nom elle suivit aussi le chemin habituel en direction du café. Un peu de chaleur lui ferait du bien et l'idée du liquide coulant dans sa gorge et de ses mains contre la céramique chaude lui faisait l'effet d'un paradis.

Tony lui emboîta le pas en silence. Il resta en retrait ce qui rassura un peu Carole. Elle ne souhaitait pas lui faire la conversation. Elle n'acceptait sa présence que parce que le chien semblait lui dire qu'il la voulait.

Après 300m, deux changements de rue et un feu piéton ils étaient installés en terrasse chacun sur une table. Elle s'était mise en face de lui pour qu'il ne puisse observer l'écran de son ordinateur pendant qu'elle ferait son rapport. Le serveur habituel avait allumé les lampes à infrarouge pour tenir au chaud sa cliente récurrente. Elle payait bien, laissait toujours un pourboire. En échange il donnait de l'eau au chien et de la chaleur à sa carcasse refroidie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onzron.forumactif.com
Lisyx



Messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Dog of War   Dim 1 Avr - 8:22

Tony se laissa dépasser.
Par la femme et son chien, d'abord, puis par toute la situation.
Il ne s'attendait pas vraiment à ça. Les circonstances lui semblaient extraterrestres, comme s'il venait d'être parachuté dans une dimension parallèle où un chien sacré semblait le guider jusqu'à son RDV avec son destin.
Il passe une main sur son visage, emboîtant le pas de loin, cherchant à savoir ce qu'il doit dire, ce qu'il est censé faire.
Finalement, ils atteignent le café avant qu'une réponse ne lui parvienne. Il salue le serveur d'un bonjour presque inaudible, encore perturbé par la situation, puis suit doucement le chien qui semble avoir sa place attitrée.
Il s'installe à la table d'à côté, jetant un simple regard à la jeune femme qui s'assoit dans sa diagonale, puis reporte son attention vers le chien. De toute évidence, il n'était le bienvenu que pour l'un.
L'animal l'observe, assis sur ses pattes arrières, et Tony tend une nouvelle main prudente, lentement, inoffensive. Le contact du poil et du corps chaud sous sa main lui font oublier l'incongruité de la situation, et il se penche légèrement vers la bête, calant son front contre celui de l'animal, yeux fermés.
Ses mains glissent sur le corps de Berlin, son cœur cognant lourdement dans sa cage thoracique. Ses pulsations semblent s'accorder, petit à petit à celles qu'il sent sous ses paumes.
Il chasse les souvenirs qui le harcèlent, comme il peut, presse les paupières en retenant un gémissement et continue de caresser l'animal qui se laisse patiemment faire, conscient de la nécessité de ces actes.
Lorsqu'il parvient enfin à faire le vide, après des flashs de lumières vives brûlant ses rétines, des geignements et hurlements tailladant son cerveau, il finit par réaliser qu'il tremble contre la bête, et que celle-ci a approché son museau contre son cou, son souffle chaud et humide s'insinuant dans le col de son T-shirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dog of War   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dog of War
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onzron's writing :: RP Lisyx :: After War-
Sauter vers: